Guinée: quel bilan après le coup d’Etat ?

Partagez

Le 5 septembre 2021 le lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya  chassait l’ancien Président Alpha Condé du pouvoir. 

‘’La situation socio-économique et politique du pays, le dysfonctionnement des institutions républicaines, l’instrumentalisation de la justice, le piétinement des droits des citoyens, l’irrespect des principes démocratiques, la politisation à outrance de l’administration publique. La gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémique’’ sont les raisons qu’avait évoqué le nouvel homme fort de Conakry  pour justifier la mise à l’écart du professeur Alpha Condé. 

Un an plus tard, quel bilan peut-on dresser  de l’action des nouvelles autorités guinéennes?

Dans une région de l’Afrique de l’Ouest en proie au terrorisme, les militaires semblent jusqu’ici avoir su maintenir le pays à l’abri des menaces sécuritaires. 

Cependant, les attentes des guinéens demeurent nombreuses. 

D’abord le coût de la vie. Plusieurs citoyens estiment que vivre en Guinée, devient de plus en plus difficile. Entre la flambée des prix de première nécessité et l’augmentation des prix des loyers, la cherté de la vie n’épargne que très peu de personnes. 

Ensuite, les opportunités d’emploi. Chez les jeunes surtout, trouver du travail est devenu une gageure. Plusieurs d’entre eux songent chaque jour à tenter l’aventure à l’étranger pour un mieux être. 

Pis, avoir de l’électricité de manière permanente est presque impossible puisque les coupures de courant sont quasi quotidiennes. 

Toutefois, l’annonce il y a quelques jours de l’exécutif guinéen qui vise à faire de l’organisation de la Coupe d’Afrique 2025 en Guinée une priorité peut être le moment juste pour amorcer une véritable transformation du pays et offrir de l’emploi à ces milliers des jeunes guinéens. 

En fait, le château d’eau d’Afrique devra accueillir des centaines de milliers des visiteurs à l’occasion de cette fête du football africain et pour ce faire, il aura besoin d’infrastructures et d’une main d’œuvre de qualité: hôpitaux, routes, agents de sécurité bien formés, structures hôtelières, moyens de communication appropriés. 

Une véritable opportunité pour le pays.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier