Deux agents du B2 de la marine nationale kidnappent et séquestrent des mineurs à Libreville.

Partagez

Ce mercredi 01 septembre au quartier Charbonnages, deux agents affirmant faire partie des effectifs du B2 se sont rendus à un domicile privée.
Le motif: ils ont décidé de s’immiscer dans une affaire civile et familiale, pourtant pendante au tribunal de Libreville.
Les deux agents indélicats, sans l’autorisation de leur hiérarchie ont voulu rendre service à leur collègue de la marine,  la dénommée N.N.A.S  qui souhaite agir sans attendre la décision tribunal de Libreville.


Pour ce faire, ils ont essayé de perquisitionner la maison dans laquelle vivent les sœurs de leur collègue.
Ainsi, sans explication aucune,  sans convocation, ni mandat de perquisition, ils se sont introduits de manière impromptue dans le domicile familial, ont molesté toute personne qui s’y trouvait, dénudant au passage une quadragénaire;   ils ont ensuite décidé d’embarquer manu militari en direction du B2 deux des enfants se trouvant sur les lieux; dont l’une est mineure.


Les deux agents ont stationné au carrefour charbonnages, sont descendus de leur véhicule, ont tout verrouillé  laissant les enfants à l’intérieur du véhicule sans se priver de les menacer une fois de plus en ces termes   »vous allez souffrir et bien transpirer ».
Un acharnement inexplicable, une méchanceté gratuite ;  face à des enfants qui n’ont commis aucune infraction.


Brutalité, intimidations et menaces.


Par ailleurs, lesdits agents, se réclamant du B2 antenne de la marine nationale, ont arraché les téléphones des deux jeunes et ont exigé d’eux qu’ils fassent une vidéo dans laquelle ils disent n’avoir subi aucune forme de violence. Ils ont promis s’en prendre aux parents des enfants si ces derniers n’acceptaient pas de donner ce faux témoignage.


Après ce traumatisme infligé aux enfants;  les agents ont décidé de les relâcher à mi chemin sous prétexte qu’ils devaient mettre la main sur un homme qui venait de commettre un viol.

Il faut tout de même souligner que les deux agents ne sont pas à leur premier coup. Ils s’étaient déjà présentés au même domicile avec de fausses convocations afin d’intimider les adolescents et leurs mamans. Il va sans dire que s’il arrivait le moindre mal aux membres de cette famille, il faudra regarder du côté de ces agents véreux.
D’ailleurs, ils se disent intouchables car protégés par un haut gradé de l’armée.
C’est le lieu de s’interroger, se demander si les contentieux familiaux relevant du civil, entrent dans les  prérogatives de la contre ingérence et de la sécurité militaire.
Il est inadmissible que deux individus mal intentionnés salissent la respectabilité et l’intégrité d’une armée qui se veut professionnelle.


Quid de la responsabilité de protéger ? Pourquoi s’en prendre à des mineurs qui n’ont commis aucune infraction; pourquoi vouloir les traumatiser et pourquoi servir de manière abusive du statut de militaire?
Abus de pouvoir, vices de forme, injustice, imposture ; est-ce véritablement cette image que certains entendent promouvoir et donner de l’armée gabonaise?
Ces comportements de type mafieux doivent impérativement prendre fin.
Les enfants victimes de cette barbarie et traumatisés n’ont d’ailleurs pas pu trouver le sommeil.
Après leur entretien prévue avec la hiérarchie de la marine nationale, les parents de ces enfants, saisiront vraisemblablement la justice afin que les responsabilités soient clairement établies.


À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier