Italie: Divorce entre Salvini et Di Maio.

Publié le

C’est une rupture en perspective. La lune de miel entre la Ligue le parti de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles de Luigi Di Maio  n’aura été donc que de courte durée. En effet le  ministre italien de l’intérieur a fait part ce jeudi 8 aout de son intention de faire tomber le gouvernement pour repartir à de nouvelles élections.

Si cette décision surprend l’allié de circonstance le Mouvement 5 étoiles, il faut dire qu’en réalité cette fin était prévisible dans la mesure où, Matteo Salvini a toujours voulu être le seul aux commandes de l’Italie.

Auréolé de sa nette victoire aux dernières élections européennes,  tout en étant en tête des sondages ‘’ il capitano’’ comme le surnomment ces militants, Matteo Salvini croit sans doute pouvoir devenir le futur Président du Conseil italien.

Ce sont, trois questions principales  qui ont actés la rupture entre le M5S et la Ligue. En fait, le parti de Luigi di Maio voulait une réduction du nombre de parlementaire, une réforme de la justice et s’est montré défavorable au projet TAV (ligne de train Turin-Lyon). Tout le contraire pour le parti de Salvini.

Cela dit, si la chute du gouvernement italien devenait effective, quelle seraient les chances de Matteo Salvini en cas d’élections ?

Si l’on se fie aux  derniers sondages (38% pour la Ligue, 18% pour le M5S) , on est en droit de penser qu’il aurait un avantage mais celui-ci ne sera pas suffisant pour avoir une majorité. Il devra donc compter sur des forces de droites comme ‘’Fratelli d’Italia’’ de Giorgia Meloni (6,5%).

Cependant, les promesses non tenues de Salvini ainsi que ses retournements de veste sont une raison suffisantes pour que son capital électoral s’effondre. Car en déclenchant une crise avant le vote crucial de la réduction du nombre de parlementaires, il apparait comme un politicien du système et des privilèges ; de même qu’en étant hostile à une réforme de la justice, il passe pour un complice des bandits à cols blancs.

Ajouter à cela, le caractère imprévisible de l’électorat italien, rien ne garantit aux  partis de la droite forte et de l’extrême droite une victoire aux prochaines élections. Pis, le Mouvement 5 étoiles pourraient même revenir en force dans les sondages au regard de sa cohérence ; tout comme la gauche traditionnelle ‘’ le Partito Democratico’’ qui devrait saisir cette occasion pour afficher son unité retrouvée.

En attendant, le Président de la République Sergio Mattarella selon ses prérogatives, pourrait ouvrir des consultations afin de trouver une solution à cette crise, dont l’issue pourrait être la mise en place d’un gouvernement technique ; une formule politique très usitée en Italie.

Enfin, cette énième crise est conforme à ce qu’est le système parlementaire italien : instable, dans lequel les alliances se font et défont, générant ainsi des majorités gouvernementales n’émanant pas du peuple, comme ce fut le cas avec le gouvernement de Mario Monti en 2011, issu des manœuvres de l’Union Européenne.

Analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *