Les africains à Rome pour défier le Franc cfa et la France. Entretien avec Alex Djédjé.

Publié le

A quelques semaines d’une marche historique des africains contre le franc cfa, dans un contexte de tension diplomatique entre Paris et Rome, la rédaction de Whylton Consulting a rencontré Alex Djédjé. Il s’agit d’un des organisateurs de cette manifestation qui aura lieu le 02 mars prochain à Rome en Italie.

Whylton Consulting: Bonjour Monsieur, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Alex Djédjé: Je suis le camarade Alex Djedje, je suis de la Cote d’Ivoire, je vis en Italie et je suis l’un des membres initiateurs de cette marche du samedi 02 mars 2019 ici à Rome ; avec d’autres africains, nous nous sommes réunis au sein du rassemblement des africains d’Italie, une plateforme créée pour la circonstance et qui nous l’espérons, travaillera à l’avenir pour la défense des intérêts du peuple africain.

Whylton Consulting: le vendredi 02 mars 2019, vous organisez une manifestation à Rome. Pouvez-vous nous dire quels sont les objectifs visés ?

Alex Djédjé: La marche de Rome a pour objectif de dénoncer le Franc cfa, une monnaie coloniale imposée aux peuples africains francophones, 14 pays précisément qui utilisent cette monnaie imprimée en France. Cette monnaie est une insulte aux peuples africains parce qu’elle n’est pas convertible dans les pays européens, ni en Amérique. C’est un moyen de pression politique et économique qu’utilise la France pour piller nos matières premières et nos économies, ce que nous ne pouvons plus accepter en ce 21ème siècle.

Whylton Consulting: Ce n’est pas la première fois que le franc cfa est remis en cause par les africains mais on a l’impression que les choses ne changent pas. Pourquoi ce status quo ?

Alex Djédjé: Rien ne change parce que nous avons des chefs d’Etat qui ont les mains liées par la France, ils ont peur de s’affranchir au risque de se voir flanquer une rébellion armée ou un coup d’Etat. D’ailleurs, tous ceux qui se sont hasardés à s’opposer à la politique de la Françafrique ont été destitués ou assassinés. Quant au plus chanceux, ils finissent en prison.

Whylton Consulting: Pensez-vous qu’avec la prise position de l’Italie et cette manifestation, le franc cfa disparaitra ?

Alex Djédjé: La prise de position de l’Italie sur le franc cfa est une bonne chose pour nous dans la mesure où elle expose en réalité les difficultés des pays d’Afrique francophone qui ont une dépendance politique sous haute surveillance de la France dont les bases militaires sont toujours implantées en Afrique. L’Italie, doit continuer à exercer des pressions au niveau de l’Union Européenne  pour mettre fin à cette forme de colonisation de l’Afrique à travers le franc cfa qui demeure une monnaie d’asservissement.

Whylton Consulting: Le Président Alassane Ouattara a affirmé en marge  de sa dernière visite à l’Elysée que le Franc cfa était une monnaie stable, gérée par les africains heureux  de l’avoir comme instrument. Qu’en pensez-vous ?  

Alex Djédjé: Je suis choqué et scandalisé mais il faut comprendre qu’il joue son rôle, celui de défendre la position officieuse de la France sur le Franc cfa. Toutefois, ce qu’il dit n’est pas vrai puisque les africains n’ont pas choisi cette monnaie librement ; sinon pourquoi les pays africains qui utilisent cette monnaie doivent déposer 50% de leurs devises au trésor français ? De plus, cette monnaie n’est pas stable vu qu’elle peut-être dévaluée à tout moment , selon la volonté de la France comme ce fut le cas en 1994.

Whylton Consulting: Sur vos affiches relatives à l’organisation de cette manifestation, vous citez à chaque fois la France. Pourquoi cette insistance quasi obsessionnelle ?  

Alex Djédjé :Tout simplement parce que la France continue de nous maintenir dans une forme de colonisation déguisée. Elle met à la tête de nos pays des présidents présélectionnés depuis l’Elysée  en organisant des parodies d’élections afin de mieux mettre à exécution son plan de pillage en complicité avec ses multinationales lesquelles bénéficient en Afrique, de contrats sans appels d’offre. Je dois ajouter que lorsque la France cessera sa colonisation contre nous et que nous serons libres, dès cet instant nous arrêterons de l’attaquer.

Whylton Consulting: Monsieur Alex Djédjé, merci. 

Alex Djédjé: C’est moi qui vous remercie.

Interview réalisée par Younes Nafti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *